Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • kiwi
  • Etudiant Erasmus en master I droit économique et social à l'Université d'Uppsala,Suède
  • Etudiant Erasmus en master I droit économique et social à l'Université d'Uppsala,Suède

nada

customisable counter

Archives

18 novembre 2008 2 18 /11 /novembre /2008 19:54
La Suède s'est rendue intéressante par un fait non pas unique en son genre mais qui peut tout de même  intéresser les gamers et autres lecteurs qui ne savent pas quoi faire.

 

Certes, l'hiver et rude. Certes, il commence à faire très froid, mais ce n'est pas un prétexte pour rester enfermé. On nous l'a déjà assez dit et expliqué de mille et une manières  que si l'on ne sortait pas on allait finir par être dépressif. Et j'ai sûrement pas envie qu'on me ramasse à la petite cuillère lorsque je vais refaire mon apparition en France le 20 décembre ! Non Non Non, je vais tout faire pour résister à la tentation de m'installer devant le PC et regarder des séries toute la journée ou jouer à DotA (uniquement quand je n'ai pas de séminaire -mais est-il besoin de le préciser ?!). D'ailleurs, à partir de la semaine prochaine je me mets à la boxe anglaise (ben oui ce sont des fillettes ici !). C'est ma B.A. avant l'heure !

Je vais vous livrer (enfin) le passage qui fait que le Suède se rend intéressante, par la force des choses : ce passage est une news que j'ai récupérée sur www.jeuxvideo.com  intitulée : Hospitalisé après 15h sur World of Warcraft.


« Le célèbre MMO de Blizzard est une nouvelle fois pointé du doigt à cause d'un tragique fait divers. L'histoire se déroule en Suède, le week-end dernier, après la sortie de Wrath of the Lich King, seconde extension de WoW. Samedi soir, un groupe de sept jeunes se réunit pour jouer. Ils jouent sans interruption jusqu'au dimanche 14h, sans manger ni dormir, soit 15 heures passées devant l'écran. C'est alors qu'un garçon de 15 ans s'effondre, épuisé. Conduit à l'hôpital, il sera heureusement tiré d'affaire. Ses parents ont eu une discussion avec lui et ils ont convenu qu'il jouerait moins à l'avenir... »


Ce n'est pas fini ! La suite porte à débat :


 « On ne peut s'empêcher de penser que s'ils avaient commencé par là, le drame aurait pu être évité. En effet, avant d'accuser le jeu, il faudrait songer à remettre en question la responsabilité des parents dans l'éducation de leurs chères têtes blondes. Et ne pas oublier que les excès sont mauvais dans tous les domaines. S'il avait joué au football pendant 15 heures d'affilée, il se serait probablement effondré aussi. Pourtant personne n'aurait accusé le foot ou tenté de le faire interdire... »


Alors oui, on est en droit de se demander qui blâmer dans ce cas : les parents ? Le joueur ? Les développeurs du jeu ? Ses potes qui l'ont poussé à jouer !? Gap (mon chien mort ?) [Rhooo mais pourquoi ? :'(]


Il est difficile d'entrevoir où commence et où s'arrête la responsabilité de chacun d'eux.


Ce que nous a fait le journaliste de jeuxvidéos.fr n'a certainement pas de base légale, mais en même temps ça peut se comprendre, c'est pas son job ! De la à nous chier de la merde comme ça (en nous faisant des comparaisons avec un sport), NON, y a des limites à tout ! Il ne faut pas non plus chercher à lyncher le rédacteur (un peu quand même vous y êtes autorisés !), qui cherchait à nous montrer que les dangers existent partout et dans toute pratique lorsque l'excès ou trop de passion s'y mêle.


Alors la faute à qui ?


Voila ce qui incombe aux parents : jusqu'à ce qu'ils atteignent l'âge de 18 ans, les enfants sont sous la responsabilité de leurs parents. Ces derniers ont le devoir de veiller à leur éducation et l'obligation de les surveiller et de les superviser. Au point de vu moral (laissons de coté tout ce droit !), les parents auraient dû fixer une limite de temps à leur enfant afin que celui-ci ne soit pas dépendant de sa machine de jeu ! S'ils ne l'ont pas fait, on peut se demander pourquoi ? Deux solutions : soit parce qu'ils font confiance à leur enfant et se disent qu'il est assez grand pour savoir ce qui est bon ou pas pour lui. Soit ils sont totalement déconnectés de la réalité et ne savent pas à quel point on peut très vite tomber dans la dépendance virtuelle.


Il est vrai que parfois, avant d'éduquer les enfants, on ferait mieux d'éduquer les parents avant tout. Ce sont eux qui leur montrent comment se comporter en société. Les enfants reproduisent souvent les mêmes erreurs pour lesquelles leurs parents sont passés à coté ou alors ils sont a l'opposés de ces derniers.


L'enfant dans tout ça : ne restons pas bloqués sur le droit cité au dessus. L'enfant qui a sans aucun doute lui-même acheté son propre jeu et sais très bien comment il fonctionne. Ce qu'il ne sait peut être pas c'est qu'une fois qu'il rentre dans ce monde virtuel, il peut facilement y rester des heures et des heures. Un jeu vidéo à pour fonction de vos arracher à tous vos repères (le temps, l'espace...) et spécialement ce type de jeux : les MMO (jeux Online Massivement Multi-joueurs). Les MMO créent en eux-mêmes un  monde virtuel dans lequel vous évoluez, vous vous laissez transporter en étant guidé pas un Maître. Ce Maître vous éduque, vous rend plus fort. Ensuite, vous partez à l'exploration, vous êtes livré à vous-même. Vous espérez survivre en formant des alliances. Vous rencontrez des amis. Vous pouvez même avoir votre propre Taverne. Si le scénario décrit ci-dessus vous rappelle vaguement quelque chose c'est normal : c'est la VIE. Et voila comment en jouant à ces MMO, certains en deviennent totalement dépendant. On vous a créé un système dans lequel vous pouvez vivre virtuellement. Vous achetez à manger pour votre Héros (non pardon, pour VOUS), vous allez vous souler la gueule à la Taverne du coin tenue pas un de vos ami. Alors à quoi bon faire de même dans la réalité !


Le gamin dont vous parle l'article nous précise qu'il a une bande de potes avec qui a joué à ce jeu avant de s'effondrer. Si tel est vraiment le cas, alors le gamin sait très bien ce qu'il a fait en achetant l'extension (en plus il a eu l'expérience de jeu de WOW, puisqu'il a acheté l'extension), il prend la responsabilité de ses actes futurs à l'instant où il paie pour l'acheter. Peut être était-il même dépendant aux jeux vidéos avant ça.


Moi qui ai l'expérience (il me semble) de telles situations, où vous êtes pris par un jeu, ou vous voulez le finir, ou vous voulez être le meilleur, jamais ça ne me viendrais à l'esprit de ne pas faire une pause pour manger ou même de me reposer quand j'ai les yeux qui piquent. [Ou pour parler un peu avec ta chérie, non ? Ca y'a pas ? xD]


Je pense que le gamin était totalement inconscient ou vraiment addict, mais aussi que ses parents s'en contre foutent de ce qu'il peut bien faire de ses journées (surtout quand on voit leur réponse : « et ils ont convenu qu'il jouerait moins à l'avenir » - « moins » sérieusement ? Ils ont trouvés ça tout seul ou on leur a soufflé la réponse !).


Non mais sérieusement qui peut croire qu'un mioche fasse une LAN avec ses potes sans que ses parents lui donnent un bon sandwich au saucisson ou au pâté de campagne !


Donc dans ce cas : on peut blâmer l'enfant qui sait qu'il va perpétuer son addiction et les parents qui ne sont pas regardant sur les activités de leur enfant.

 


Le point qui m'a profondément énervé : la comparaison avec le sport. Pourquoi le rédacteur a-t-il pris l'exemple plus stupide qui lui venait à l'esprit ? La différence entre les jeux vidéos et le sport c'est que pour l'un il y a un risque d'addiction et pour l'autre un simple plaisir.

Oui monsieur le rédacteur, la dépendance aux jeux est un bien grave sujet qui touche de plus en plus de monde et ce n'est certainement pas ce genre de comparaison avec le foot qui va faire évoluer les mentalités sur cette d'addiction.

 


Le plus moche dans tout ça :


Dans WOW, les joueurs se font une sorte de compétition pour savoir celui qui arrivera le premier à finir l'extension ! (voir article http://www.jeuxvideo.com/news/2008/00030132-le-premier-niveau-80-de-wow-est-un-francais.htm . Extrait choisi :  « [l'extension] offre entre autres un nouveau continent leur permettant de faire progresser leur personnage jusqu'au niveau 80. Eh bien sachez que c'est déjà fait pour un joueur, dont le démoniste répondant au nom de Nymh a réussi à atteindre le niveau 80 en moins de 27 heures, aidé uniquement d'un ami soigneur qui l'accompagnait. Un exploit en soi, accompli qui plus est par un Français de 21 ans jouant sur le serveur Drek'thar (pour mémoire, le premier niveau 70 à l'occasion de la sortie de The Burning Crusade fut également un Français, appartenant à la guilde Millenium, qui atteint cet objectif en 28 heures) »


Voilà ce qui craint dans ce type de jeux, c'est cette compétition : j'arriverais coûte que coûte à mon niveau 80.

Et bien voilà ce que ça lui a coûté !


Alors bon c'est comme dans tout, il faut savoir être modéré, c'est pour ça que je trouve stupide de faire interdire WoW comme je trouve stupide de faire des compétitions pour savoir qui se tuera le premier en ayant trop jouer à ce jeux.


Je ne peux pas partir sur une image négative : voilà ce que j'ai vu cet aprèm :




Pour une meilleure prise, je vous laisse en bonne compagnie : http://dash-uppsala.blogspot.com/2008/11/en-ouvrant-mes-rideaux-aujourd_18.html


Partager cet article

Repost 0
Published by kiwi
commenter cet article

commentaires

Camille 20/11/2008 11:42

Ben oui, Camille elle est tellement bête qu'elle fait que répéter ce que dit Mike :D

Non, c'est juste que dans cette histoire, c'est la situation en elle-même, et pas le rapport qu'en fait le rédacteur, qui m'alarme. En conséquence, je me suis un peu attardée dessus, mais ça ne veut pas dire que ça ne s'inscrivait pas dans la même logique que toi Mike. Il faut s'enlever de la tête l'idée que je ne me manifeste QUE pour râler ou dire que je ne suis pas d'accord ^^

Sinon Julia, je crois qu'il ne faut pas confondre addiction et pratique à risque.
Mais ce que le rédacteur essaie de souligner (et il y arrive, je pense) c'est que l'excès, quelle que soit la discipline, est dangereux. C'est l'excès le problème, mais il peut être causé par deux facteurs distincts (au moins) : la volonté et l'addiction.
Le gars de 50 ans qui veut prouver à tout le monde qu'il est super en forme et qu'il n'est pas un sénior, comme la société veut le lui faire croire, et qui va jouer au foot comme un taré, il n'est pas dépendant du foot, seulement sa pratique du sport témoigne d'un problème lié à l'image. Ce n'est pas de l'addiction.
Le gamin de 15 ans qui reste des heures et des heures sur son jeu parce qu'il n'a plus la notion du temps qui passe, c'est (souvent, mais pas toujours) lié à une forme d'addiction.
Mais dans les deux cas, ces deux problèmes différents mènent à l'excès, et c'est l'excès qui provoque le débordement.

(Vous avez vu, j'ai essayé de faire court xD)

mike 20/11/2008 00:22

Hééé hoo hooo.. tu veux te battre la ou quoi?^^
Non mais le post n'est pas si long que ça, c'est juste histoire de pouvoir avoir un raisonnement structuré sur un sujet de société (qui plus est, qui peut intéresser les geeks!)
Le premier commentaire est là pour reformuler ce que j'ai mal pu écrire (ben oui Camille tu fais que répéter ce que je dis déjà si bien!). Non mais en fait ça explique un sujet que j'aurais pu laisser un peu de coté mais qui est partie intégrante de mon article, à savoir: l'éducation des enfants.

Et non je ne suis pas d'accord avec toi Julia, le sport ce n'est pas addictif, on ne peut le considérer que comme une passion. Il serait mal venu de mélanger les 2 termes.

Julia 19/11/2008 23:32

Bon alors vous 2 vous vous êtes bien trouvé. Entre un article trooop long et un commentaire qui n'est plus un commentaire mais un second article tu m'étonnes qu'on passe nos soirées sur le PC...
Sinon je trouve la remarque du journaliste pertinente et ca change de d'habitude , si on fait quoi que ce soit pendant 15h (sauf dormir ^^) il est fort probable de s'effondrer.
Mike je te rappelle que le sport aussi peu devenir addictif, bon certe a 20 ans les dangers sont minimes mais a la cinquantaine gare au attaque cardiaque!

Camille 19/11/2008 11:42

Ah ça y est, un post 100% pur geek ! (enfin, 99.9% à cause de la photo de fin ^^).

On ne m'enlèvera pas de la tête que ce genre de dérapages d'ados relève en grande partie de la responsabilité des parents.
OK, le gamin qui achète son jeu, il sait de quoi il en est. Mais en fait non, pas tout à fait.
Il sait que ce jeu lui plaît, qu'il peut passer des heures dessus à jouer tout seul ou avec ses potes. Et contrairement à ce qu'on peut croire, c'est un vrai objet de socialisation, puisqu'en achetant des extensions, discutant tactiques etc... il entretient des liens avec ses potes. Y'en a qui vont jouer au foot pour s'amuser et se faire des amis, lui il joue à WoW. Au fond, où est le mal, et quelle est la différence ?

Je reprends volontairement cette comparaison qui t'a déplue, Mike, pour te montrer où elle se place en fait. Elle va du côté du gamer. Et le journaliste, pour écrire sur jeuxvidéos.fr, c'est forcément un gamer. Plus âgé que ce môme de 15 ans, sans doute, donc ayant un peu plus de recul, peut-être, mais au fond avec le même genre de réflexes.

Ce que ce gamin ne sait pas, et ce que le journaliste a choisi de mettre de côté, c'est que cette vision ma foi bien enfantine de Warcraft n'est que très partielle. Parce que, tu l'as dit, les jeux vidéos ont une potentialité addictive que n'a pas le sport. On peut être passionné d'un sport, le pratiquer aussi souvent que possible, mais on ne fera jamais le genre de bêtise qu'a fait ce gamin en restant 15h d'affilées sur son PC sans boire ni manger, ni aller aux toilettes. Pourquoi donc ? Parce qu'en sport (et quel que soit le sport), si on veut se donner à fond, si on veut progresser, on apprend tout d'abord à respecter son corps, et à faire ce qu'il faut pour le développer au maximum de ses capacités. Tous les sportifs ont une conscience aiguë du fonctionnement de leur corps (du moins, tant qu'ils ne rentrent pas dans des affaires de dopage, où là c'est la conscience aiguë de l'argent qui l'emporte). De plus, la pratique régulière d'un sport entraîne quasi automatiquement le rapport à un coach, un entraîneur, bref, un adulte responsable (normalement) qui guide le jeune, qui lui apprend à bien pratiquer son sport.

Et ça, ce n'est pas le cas des jeux vidéos, puisqu'en soi, un jeu vidéo ne demande pas d'effort physique. (quoi que vous en pensiez, amis gamers). On peut avoir un pote qui nous aide pour des stratégies ou autre, mais ça n'a rien à voir. Le rôle du coach dans ce cas là, il doit être tenu par les parents. C'est aux parents d'être attentifs aux activités de leurs enfants, de les mettre en garde contre les risques et de surveiller qu'ils ne dépassent pas les limites. Encore faut-ils qu'ils en aient conscience, de ces limites.
Alors même si ton môme de 15 ans fait le kéké au collège, qu'il se pense grand et responsable, je suis désolée, mais ce n'est pas le cas (pour l'ado moyen s'entend). Donc c'est trop facile de se décharger en pensant que le gamin sait de lui-même ce qui est bon ou pas pour lui. Il est où le rôle du parent là-dedans ?
Ma mère n'y connaît rien aux ordinateurs (encore que, ça s'améliore). Par contre elle s'y connaît un peu plus en matière de santé. Et elle s'est toujours tenue informée en ce qui concerne les faits divers sur les méfaits des jeux vidéos ou autres, elle a toujours fait attention au temps qu'on passait sur nos PC et a toujours surveillé, même discrètement, notre état de fatigue. C'est au parents de surveiller leurs enfants, sans pour autant les fliquer.

Alors ils n'ont pas forcément le gamin sous les yeux 24h sur 24. Dans le cas de l'article, je crois que le gosse était chez des amis. Et bien c'est aux parents des amis en question de prendre le relai. Etre parent, c'est ça. C'est pas folichon tous les jours, mais c'est ça. Certains veulent jouer les copains ou privilégier la construction spontanée chez les enfants. Ne surtout pas les brider. Ce qu'ils oublient, c'est qu'on ne construit pas sur rien. Que c'est à eux de fournir la base solide qui fait que l'enfant va pouvoir faire ses propres choix en toute intelligence.
Si on ne lui a pas donné tout ça, comment voulez-vous que le gamin, même à 15 ans, soit capable de se rendre compte de la nocivité d'une activité qui lui est plutôt plaisante par ailleurs ?

Quant à ce qui en est de la question de devoir interdire Warcraft ou pas, je crois que c'est carrément un autre problème. Interdisons l'alcool, parce que ça peut rendre malade. Interdisons les voitures tant qu'on y est, parce que ça peut être super dangereux. Et puis le sel aussi, c'est pas bon du tout ça le sel.

Dans tous les cas, on fait toujours la même chose : on tue le messager, et on brûle le message, comme si de rien n'était.
Vouloir interdire un jeu, c'est ne pas vouloir affronter le problème réel, qui est celui de l'éducation des enfants comme celle des parents.